Print

Attention! Rome Ne Change Jamais!

L'Église Catholique romaine affirme qu'elle est la seule véritable église Chrétienne légitime existante. Elle prétend recevoir son autorité du droit de succession apostolique, transmis de pape en pape et remontant à l'apôtre Pierre, et affirme donc qu'elle ne se trompe jamais.

Cela est loin d'être une vaine gloriole inoffensive. Selon John J. Kelley, un ancien prêtre:

Le Concile de Trente, par son credo de Pie IV, fait qu’il est impossible à l'Église Catholique Romaine de changer. Il a ajouté . . . douze nouveaux articles au credo Nicéen. . . . Ce credo de Pie IV est une meule de moulin autour du cou de Rome. Il lie à jamais l'Église Catholique Romaine à toutes ses erreurs païennes. C'est sa réponse et son défi à la Réforme. 2

 Le Pape Pie IX

Le Pape Pie IX

C'est là un point extrêmement important à comprendre. Il ne s’agit pas d’une dénonciation des multitudes à qui l’on a appris à accepter les décrets de l’Église Catholique comme vérité. Au contraire, tout le monde devrait être attentif, car toutes les religions organisées ont adopté, à un degré plus ou moins grand, bon nombre des positions adoptées par l’Église de Rome dans l’exercice de son pouvoir. Ceci a une incidence sur tous les habitants de la terre car, puisque WLC croit que François est le huitième et dernier pape de la prophétie, tous ceux qui vivent sur la face de la terre ressentiront bientôt la chaleur du souffle du dragon à travers cette puissance Romaine ravivée.

Parce qu’il est vrai que l'Église de Rome ne change jamais, pour comprendre le pape François, ses motivations, son agenda de pape et son pontificat, il suffit de passer en revue les politiques des papes du passé et la façon dont ils ont traité tous ceux qui étaient en désaccord avec eux, qu'ils soient rois ou simples sujets. L’Église de Rome a toujours convoité le pouvoir, tant politique que spirituel.

Très tôt, en effet, les évêques de Rome ont fait preuve d'un esprit fier et ambitieux; mais, pendant les trois premiers siècles, leur revendication d'un plus grand honneur n'était fondée que sur la dignité de leur siège, en tant que celui de la ville impériale, capitale du monde Romain. Cependant, lorsque le siège de l'empire a été déplacé à l'Est, et que Constantinople a menacé d'éclipser Rome, il a fallu rechercher un nouveau fondement pour maintenir la dignité de l'évêque de Rome. Ce nouveau fondement a été trouvé quand, vers 378, le pape est devenu l'héritier des clefs qui étaient les symboles de deux divinités païennes bien connues de Rome. Janus portait une clé et Cybèle une clé; et ce sont les deux clefs que le pape porte sur son blason [ses armoiries] en tant qu’insignes de son autorité spirituelle. . . . Ainsi, même si la dignité temporelle de Rome en tant que ville devait décliner, sa propre dignité en tant qu’évêque de Rome serait plus fermement établie que jamais. 3

Emblème - blason, armoiries - des clés papales du Vatican

En 437 après J.-C., quatre cents ans après le début de l’Ekklesia chrétienne, le pape a déclaré publiquement être le possesseur des "clés de Pierre".

En déclarant aux Chrétiens que ses "clés" étaient héritées de l'apôtre Pierre, le pape s'était assuré la position de pouvoir suprême en tant que chef des religions Chrétienne et païenne. Cette combinaison d'influence religieuse et de pouvoir politique a finalement été codifiée dans le canon Catholique. Au 11e siècle, un conflit a surgi entre la papauté et le roi Henri IV de Germanie. Henry, en tant qu' "Empereur du Saint-Empire [Romain]"

a revendiqué l’ancien droit royal d’investir une fonction [de titulaire de charge] ecclésiastique avec les symboles du pouvoir, assurant ainsi effectivement le contrôle du choix et de la direction des évêques et du clergé local. Le bon ordre de la Chrétienté était en jeu dans la controverse. La position papale a été élucidée dans le Dictatus Papae (1075) de Grégoire, soulignant la place du pape en tant qu’autorité suprême de l’église. 4

Les Dictatus Papae de Grégoire VII sont toujours en vigueur à ce jour. Tous les vrais croyants en Yahuwah devraient en prendre connaissance, car non seulement ils représentent les croyances du pape François, mais les diverses dénominations au sein des religions organisées ont, à un degré plus ou moins grand, adopté des positions similaires à l'égard de ceux de leurs membres qui, recherchant les Écritures et y trouvant une plus grande lumière, sont désireux d’accepter et de vivre selon cette lumière.

Ces diktats déclarent:

Clés païennes de Janus et Cybèle

Image d’hybride homme-animal à tête de lion tenant les clés, représentant le pouvoir d'ouvrir/fermer les portes du ciel et de l'enfer, et le pouvoir sur la paix et la guerre sur terre. Les clés étaient tenues par Pluton, "dieu de l'enfer", et par les principales divinités de l'Asie mineure, Janus et Cybèle.

  1. Que l'église Romaine a été fondée par Dieu seul.
  2. Que seul le pontife Romain peut à juste titre être appelé universel.
  3. Que lui seul peut déposer ou réintégrer [absoudre] des évêques.
  4. Que, dans un concile, son légat est au-dessus de tout évêque, même s'il est d'un grade inférieur, et peut prononcer une sentence de dépôt à leur encontre.
  5. Que le pape peut déposer les absents.
  6. Qu’on ne peut, entre autres choses, habiter sous le même toit avec ceux qui ont été excommuniés par lui.
  7. Que lui seul a le pouvoir, selon les besoins des temps, d’établir de nouvelles lois, de réunir de nouvelles congrégations, de faire d’une maison canoniale [d’une collégiale] une abbaye; et, d'autre part, diviser un évêché riche ou unir des évêchés pauvres.
  8. Que lui seul peut user des insignes impériaux.
  9. Que tous les princes baisent les pieds du seul pape.
  10. Qu’il est le seul dont le nom soit prononcé dans les églises.
  11. Que ce titre/nom [Pape] est unique dans le monde.
  12. Qu'il lui est permis de déposer les empereurs.
  13. Qu'il lui est permis de transférer les évêques d’un siège à un autre, au besoin.
  14. Qu'il a le pouvoir [droit] d'ordonner un clerc de n’importe quelle église, où il veut.
  15. Que celui qui a été ordonné par lui peut gouverner l’église d’un autre, mais ne peut occuper un poste subordonné; et qu'un tel ordonné ne doit pas recevoir un grade supérieur d'aucun évêque.
  16. Qu'aucun synode ne peut être appelé général sans son ordre.
  17. Qu'aucun chapitre ni aucun livre ne peut être considéré comme canonique sans son autorité.
  18. Que sa sentence ne peut être rétractée [réformée] par personne; et que lui seul, parmi tous, peut rétracter [réformer] la sentence de tous.
  19. Qu'il ne doit être jugé par personne.
  20. Que personne ne peut condamner celui qui fait appel au Siège apostolique.
  21. Que c'est devant lui que doivent être portés les cas les plus importants de n’importe quelle église.
  22. Que l'église Romaine ne s'est jamais trompée ["n’a jamais erré"]; et, selon le témoignage de l'Écriture, qu’elle ne se trompera jamais ["n’errera jamais, pour toute éternité"].
  23. Que le pontife romain, canoniquement ordonné, est indubitablement établi dans la sainteté par les mérites de saint Pierre; Saint Ennode, évêque de Pavie, en étant témoin, et de nombreux saints pères en accord avec lui. Comme on peut le voir dans les décrets du pape saint Symmaque.
  24. Que, sur son ordre et avec son consentement, les subordonnés [vassaux] peuvent porter des accusations.
  25. Qu'il peut déposer et réintégrer [absoudre] des évêques sans réunir un synode.
  26. Que celui qui n'est pas [en paix] avec l'église Romaine n’est pas considéré comme catholique.
  27. Qu'il peut absoudre [délier] les sujets du serment de fidélité fait aux hommes méchants [injustes].

Ces 27 diktats ont transféré un pouvoir total et absolu entre les mains de la papauté, "pour toute éternité", car elle ne peut pas se tromper (Voir Diktat n°22). Voilà peut-être le plus maléfique de tous les diktats. Cela contredit la Parole claire de Yahuwah qui énonce sans équivoque: "Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Yahuwah, à laquelle rendent témoignage la loi et les prophètes, justice de Yahuwah par la foi en Yahushua l’Oint pour tous ceux qui croient. Il n'y a point de distinction. Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Yahuwah." (Voir Romains 3:21-23, LSG)

Souriant pasteur avec congrégation en arrière-plan

Bien que les églises protestantes n'aient pas de papes, elles ont des conseils de direction ou d’administration, et des credo ou croyances déclarés. Par ces moyens, elles revendiquent souvent le droit de dicter la théologie de leurs membres, ce qui est juste et ce qui ne l’est pas, et rejettent toute nouvelle lumière qui contredit leurs croyances ou traditions établies.

Bien que les églises protestantes n'aient pas de papes, elles ont des conseils de direction ou d’administration, et des credo ou croyances déclarés. Par ces moyens, elles revendiquent souvent le droit de dicter la théologie de leurs membres, ce qui est juste et ce qui ne l’est pas, et rejettent toute nouvelle lumière qui contredit leurs croyances ou traditions établies. Les livres, journaux ou documents, et les sites Web, qui promeuvent des vérités en contradiction avec la position établie sont dénoncés, et ceux qui contestent leurs doctrines sur la seule base des Écritures sont fréquemment sanctionnés ou exclus. Ainsi, l'esprit des Dictatus Papae est bien vivant et présent dans toutes les religions organisées - même lorsque ces églises individuelles elles-mêmes dénoncent les erreurs et les abus du Catholicisme.

Les relations étroites entre l'Église Catholique Romaine et les autres dénominations qui constituent le Christianisme organisé sont décrites de manière très frappante dans Apocalypse 17. Dans les Écritures, une ‘femme’ est utilisée pour symboliser une église [apostate], ou une ekklesia [fidèles de Yahuwah]. Tout comme la femme pure d'Apocalypse 12:1 est utilisée pour symboliser la véritable ekklesia, une église/ekklesia déchue est symbolisée par une prostituée. Apocalypse 17 fournit une description de l'Église Catholique Romaine, dans laquelle elle est décrite comme la mère des prostituées.

Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m'adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. C'est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l'impudicité . . .

Apocalypse 17 - Prostituée de Babylone, la mère des impudiquesCette femme était vêtue de pourpre et d'écarlate. . . Elle tenait dans sa main une coupe d'or, remplie d'abominations et des impuretés de sa prostitution. Sur son front était écrit un nom . . . MYSTÈRE : BABYLONE LA GRANDE, LA MÈRE DES IMPUDIQUES ET DES ABOMINATIONS DE LA TERRE. (Apocalypse 17:1-2, 4-5, LSG)

Le mot "catholique" signifie mondial ou universel. Comme les diverses dénominations Protestantes qui composent la religion organisée ont si étroitement suivi les traces de l’Église Catholique Romaine, elles sont en effet des prostituées elles-mêmes, ainsi que des filles de Babylone.

L'extension logique du Dictatus Papae a été instituée par le pape Innocent III et vivra dans l'infamie pour l’éternité comme l'un des fléaux les plus pervers jamais infligés aux hommes au nom de Yahuwah. C'était la création du Saint-Office de l'Inquisition.

Les accusés d'hérésie étaient condamnés à un autodafé, ou "acte de foi". Un membre du clergé siégeait à la procédure et prononçait les punitions. Les punitions comprenaient l'emprisonnement dans des cachots, des violences physiques et des actes de torture. Ceux qui se réconciliaient avec l'église étaient tout de même punis et beaucoup se voyaient confisquer leurs biens et bannis de la vie publique. Ceux qui n’avouaient jamais étaient brûlés sur le bûcher sans étranglement; ceux qui avouaient étaient d'abord étranglés. 5

Seule l'éternité révélera l'horreur, la détresse et l'agonie subies par d'innombrables millions de personnes dont la conscience ne les laissait pas se plier à une autorité spirituelle autre que celle de leur Créateur. Ces méthodes maléfiques employées par des hommes supposés agir au nom de Yahuwah contre leurs semblables révèlent la véritable source de leur inspiration: Satan lui-même. Yahuwah n'a jamais appelé l’être humain mortel et égaré à venger Sa sainte vérité. Au contraire, les Écritures déclarent: "Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez faire la colère divine; car il est écrit: A Moi la vengeance; c'est Moi qui rétribuerai, dit Yahuwah." (Voir Romains 12:19)

Les horreurs de l'inquisition sont tellement grotesques que personne n'aime s'y attarder. Cependant, tous devraient en être conscients, parce que l'Église Catholique, en raison de sa doctrine selon laquelle le pape est infaillible et l’Église ne se trompe pas, n'a jamais reconnu qu'elle avait péché dans le massacre d'innombrables millions de personnes pour leur foi. En effet, comme ces politiques n'ont jamais été modifiées et ne peuvent pas être modifiées sans admettre leur erreur, c'est toujours la politique de l'Église Catholique romaine, jusqu’à ce jour. Le pape François, en tant que "défenseur de la foi", défend également ces doctrines et, s'il en avait le pouvoir, pourrait tuer qui il souhaite qui ne serait pas en accord avec la doctrine Catholique.

WLC estime que François est le "huitième roi" d'Apocalypse 17. Il est donc le dernier pape. C’est sous son pontificat que se dérouleront les dernières scènes de l’histoire de la terre. Tous devraient se familiariser avec cette prophétie, car tous seront affectés par les actions du pape final. Apocalypse 13 est un avertissement clair du pouvoir bientôt exercé par la papauté contre tous ceux dont la conscience exige l'obéissance à la loi de Yah, au-dessus des traditions des hommes telles que codifiées par la loi du canon catholique.

Et ils adorèrent le dragon qui avait donné le pouvoir à la bête, et ils adorèrent aussi la bête, en disant: qui est semblable à la bête, et qui pourra combattre contre elle? . . . Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Il lui fut aussi donné puissance sur toute Tribu, Langue et nation. (Apocalypse 13:4, 7-8, Bible Martin FMAR)

Le pape François est unique dans l'histoire de la papauté: il est le tout premier pape à être également Jésuite. La Compagnie de Jésus [Societas Jesu], ou les Jésuites, comme on les appelle plus communément, a été créée en 1534 dans le but exprès d'éliminer tous les dissidents de l'Église Catholique Romaine. C'est toujours leur principal motif d'existence. En tant que tels, les Jésuites se sont répandus dans le monde entier en tant qu’enseignants dans les universités, missionnaires des païens, émissaires des gouvernements et conseillers des rois, emportant avec eux leur programme/agenda politique en tant qu’armée privée du pape.

Le pape jésuite François Ier tenant un dieu-hostie, en pleine célébration de la ‘messe’Tout prêtre qui se joint à l'ordre des Jésuites doit prêter un serment qui tiendra à perpétuité, sous peine de mort. Cet horrible serment, qui vient directement des entrailles de l'enfer, devrait sidérer tous ceux qui le liront, car il révèle la vérité de la papauté derrière la façade vertueuse. Pour le lire, nous vous invitons à consulter l’article: "Qui sont les Jésuites?"

Un tel serment s'oppose à tout principe de justice et de sainteté dans les Écritures. Et pourtant, c’est le serment que le pape François a prononcé en devenant un membre dirigeant de l’ordre des Jésuites et, en tant que tel, ses actions à titre de pape seront toujours régies par ce serment odieux. Pour démontrer son engagement à respecter le serment, tout Jésuite, y compris le pape François, déclare ensuite:

"En confirmation de cela, je consacre à présent ma vie, mon âme et toutes mes forces corporelles, et avec ce poignard que je reçois maintenant, j’inscrirai mon nom écrit dans mon propre sang, en témoignage de cela; et si je me révélais faux ou affaibli dans ma détermination, que mes frères et compagnons d'armes de la Milice du Pape coupent mes mains et mes pieds, et ma gorge d'une oreille à l’autre, ouvrent mon ventre et y brûlent du soufre à l’intérieur, avec tout le châtiment qui puisse m’être infligé sur la terre, et que mon âme soit torturée par les démons dans un enfer éternel pour toujours!" 6

Puisque Rome se vante du fait de ne jamais changer, tous les dictats de Grégoire VII sont toujours considérés comme étant justifiés et vrais. De plus, il en résulte que la torture et le meurtre de tous ceux qui, par conviction de conscience, sont en désaccord avec Rome (comme le montre l'Inquisition établie par Innocent III) sont toujours considérés comme légitimes.

L’Apocalypse révèle qu'une reprise des persécutions des siècles passés aura lieu juste avant la fin du monde. Le pape François, en tant que huitième et dernier pape, ainsi que premier pape Jésuite, sera déterminant dans cette renaissance du pouvoir papal exercé au niveau de la scène mondiale. Le poids combiné de la colère que fera peser cette puissance de la bête forcera la majorité des gens à se plier à ses exigences. "De sorte qu'elle sera adorée par tous ceux qui habitent sur la terre, desquels les noms ne sont point écrits au Livre de vie de l'Agneau, immolé dès la fondation du monde." (Apocalypse 13:8, FMAR)

Ceux qui placent leur confiance en Yahuwah seront préservés de ce pouvoir diabolique. Même si certains seront appelés à déposer leur vie comme le firent les martyrs du passé, Yahuwah leur donnera la force de le supporter et, au grand matin de la résurrection, ils seront relevés de la mort, pour ne plus jamais subir la faim, la soif, la souffrance ou le deuil.

L’Apocalypse est une promesse pour ceux de la dernière génération qui seront appelés à rester fidèles au Ciel face à l'enfer: "Si quelqu'un mène en captivité, il sera mené en captivité; si quelqu'un tue avec l'épée, il faut qu'il soit lui-même tué avec l'épée. Ici est la patience et la foi des saints." (Apocalypse 13:10, FMAR) Les promesses de Yahuwah sont sûres et, au jugement final, les puissances terrestres qui auront mené la guerre contre Yahuwah en la personne de Ses saints recevront un juste châtiment.

Aujourd'hui, développez une relation personnelle avec Yahuwah qui vous donnera la foi et la confiance nécessaires pour vous accrocher à Ses promesses, même si les cieux venaient à s’effondrer.

Apocalypse 21:4


Sur le même thème:


1 n/a

2 John J. Kelly, Rome Ne Change Jamais / "Rome Never Changes".

3 Alexander Hislop, Les Deux Babylones, p. 207.

4 Encyclopædia Britannica, "La Papauté Médiévale", http://www.britannica.com/EBchecked/topic/441722/papacy/214717/The-medieval-papacy#ref704187.

5 L’inquisition / "The Inquisition", http://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/History/Inquisition.html.

6 Ibid.

7 Will Durant; L'Histoire de la Civilisation, vol. IV (Simon et Schuster, 1950); cité dans Dave Hunt, Une Femme Monte la Bête / A Woman Rides the Beast.