Print

La Bête de la Terre: les États-Unis dans la Prophétie

Le livre de l'Apocalypse est un cadeau divin. Yahuwah a fourni à Son peuple des informations importantes sur les jours à venir.

À l'aide de symboles, le Ciel a révélé les principaux pouvoirs qui combattront Yahuwah dans la personne de Ses saints, juste avant la Seconde Venue de Yahushua.

La prophétie prédit que les États-Unis sont l'une des puissances qui exerceront une grande autorité sur toute la terre. Cela est décrit dans Apocalypse 13:

La Bête de la terre: les États-Unis d'Amérique dans la prophétie Biblique

Puis je vis une autre bête monter de la terre, qui avait deux cornes semblables à celles d'un agneau, et elle parlait comme un dragon. Elle exerçait toute la puissance de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la plaie mortelle avait été guérie. (Apocalypse 13:11-12, Bible Ostervald OST)

Pour comprendre les symboles de cette prophétie et son application aux États-Unis, il est nécessaire de permettre d’abord à l’Écriture de les définir. Dans la Bible, les "bêtes" sont des symboles de pouvoirs géopolitiques. Il a été montré à Daniel quatre bêtes sortant de la mer:

Daniel prit la parole, et dit: Je regardais, dans ma vision, pendant la nuit, et voici, les quatre vents des cieux se levèrent avec impétuosité sur la grande mer. Et quatre grandes bêtes montèrent de la mer, différentes l'une de l'autre. (Daniel 7:2-3)

Daniel a été intrigué par la vision. Il n'a pas compris les symboles utilisés.

Mon esprit à moi, Daniel, fut troublé au-dedans de moi, et les visions de ma tête m'effrayèrent. Je m'approchai de l'un des assistants, et je lui demandai la vérité sur toutes ces choses. Et il me parla et m'en donna l'interprétation. Ces quatre grandes bêtes sont quatre rois qui s'élèveront de la terre. (Daniel 7:15-17)

Ainsi, les bêtes représentent des pouvoirs géopolitiques. Bien que plusieurs royaumes aient exercé un contrôle quasi mondial à travers l'histoire, les Écritures se concentrent spécifiquement sur ceux qui combattent contre le Ciel.

"Je vis une autre bête monter de la terre . . . ." (Apocalypse 13:11)

La première bête que Jean a vue dans Apocalypse 13 symbolise la papauté. La prophétie a prédit que la bête, la papauté, recevrait une blessure mortelle:

"Et je vis l'une de ses têtes comme blessée à mort . . . ." (Apocalypse 13:3, OST)

Cette blessure de la papauté a culminé lors d’une série d'événements en 1798, exactement à l’époque où la bête de la terre, les États-Unis, accédaient au pouvoir.

Chronologie Église de Rome - États-Unis; prophétie des 1260 ans (jours prophétiques)

La deuxième bête que voit Jean dans Apocalypse 13 est différente des autres car elle monte de la terre.

Plus tard, il est dit à Jean: "Les eaux que tu as vues . . . sont des peuples, et une multitude, et des nations, et des langues." (Apocalypse 17:15). Par conséquent, la bête de la terre doit être une puissance mondiale qui s’élève d'une région peu peuplée du monde.

Les bêtes que Daniel a vues, ainsi que la première bête que Jean a vue dans Apocalypse 13, sont montées depuis des eaux/mers turbulentes. Les nouvelles nations apparaissent généralement en renversant d’abord d’autres nations, puis en prenant leur place. Cependant, aucune autre nation n’a été renversée pour faire place aux États-Unis. Il s’agit donc d’un symbole approprié pour cette bête, de monter de la terre.

Le mot "montèrent" qui se trouve dans ce verset particulier de l'Écriture est, dans le texte grec original, ναβαίνω (anabainō), qui signifie communément, avec ses dérivés grecs, "pousser (germer) doucement… grandir doucement et régulièrement (comme une plante)". Ceci, encore une fois, est très approprié.

G. A. Townsend, en décrivant l'ascension des États-Unis, a parlé du "mystère de son émergence depuis une place vide", et a déclaré: "Comme une graine silencieuse, nous avons grandi pour devenir un empire". (Le Nouveau Monde Comparé à l’Ancien / The New World Compared with the Old, pp. 462, 635, G.A. Townsend) En 1850, un journal européenn, The Dublin Nation, décrivait les États-Unis comme un merveilleux empire, "émergent", et "au milieu du silence de la terre augmente chaque jour son pouvoir et son orgueil."

 
"Qui avait deux cornes semblables à celles d'un agneau, et elle parlait comme un dragon . . . ." (Apocalypse 13:11)

La bête de la terre est décrite comme ayant deux cornes, comme un agneau. Il ne s’agit pas là d’une bête à la forme d’agneau. Au contraire, ses cornes sont trompeuses. C'est encore une puissante bête de proie, mais ses cornes paraissent petites, inoffensives, et même bienveillantes, comme un doux agneau.

Pendant deux siècles, les États-Unis, jeune puissance récemment élevée, ont correspondu à la description. Ils n'ont pas cherché à coloniser d'autres nations, et ont ouvert leurs frontières à tous ceux qui fuyaient la persécution de leur pays d'origine.

Comme l’a décrit l’honorable J. A. Bingham, les foules immigrées en Amérique ont voulu établir "ce que le monde n’avait pas vu depuis des siècles; à savoir: une église sans pape, et un État sans roi".

"Et elle opérait de grands prodiges, même jusqu'à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes." (Apocalypse 13:13)

Parmi toutes les nations de la terre, les États-Unis se sont rapidement imposés dans une position de pouvoir, d'influence et de richesse.

La technologie a prospéré, et les avancées scientifiques et industrielles coulant à flots de ce pays ont affecté, d'une manière ou d'une autre, la vie de pratiquement tout le monde sur la terre.

Nuages ('champignons') nucléaires des bombes atomiques sur Hiroshima (à gauche) et Nagasaki (à droite)

Nuages nucléaires des bombes atomiques sur Hiroshima (à gauche) et Nagasaki (à droite)

La destruction d’Hiroshima et de Nagasaki par les premières bombes atomiques de l’histoire moderne s’inscrit avec pertinence dans le commentaire de Jean: ". . . même jusqu'à faire descendre du feu du ciel . . . à la vue des hommes."

Le véritable secret du caractère puissant des États-Unis et de leur capacité à recevoir des bénédictions du Ciel était le fait que ses lois séparaient l’Église de l’État, garantissant la liberté civile et religieuse, même à ceux dont les convictions les plaçaient dans la minorité.

La bête à deux cornes ne pouvait pas être une nation Catholique car le Catholicisme est uniquement une union de l'Église et de l'État. Une telle relation d'une Église imposant ses convictions par le pouvoir de l'État est fondamentalement opposée aux principes mêmes sur lesquels les États-Unis ont été fondés.

Contrairement à certains autres symboles de bêtes, la bête qui monte de la terre se caractérisait par l'absence de couronne, ce qui symbolise une nation dotée d'un gouvernement républicain.

"Une couronne est un symbole approprié d'une forme de gouvernement royale ou dictatoriale, et l'absence de couronnes, comme dans ce cas, suggérerait un gouvernement où le pouvoir n'est pas dévolu à un tel membre dirigeant, mais est entre les mains du peuple." (U. Smith, Daniel et l'Apocalypse / Daniel and the Revelation, p. 581)

Les États-Unis sont le premier pays, depuis Rome, à avoir eu une forme de gouvernement véritablement républicain, avec les libertés civiles et religieuses personnelles qui accompagnent ce type de gouvernement.

Tandis que Jean observait sa vision, cependant, un changement commença à en transformer son apparence douce. La bête à deux cornes a commencé à parler comme un dragon, un symbole double représentant à la fois le paganisme et Satan lui-même.

"Elle exerçait toute la puissance de la première bête . . . et elle faisait [imposait] que la terre et ses habitants adoraient la première bête." (Apocalypse 13:12)

Au lieu d'être le dernier rempart de la liberté religieuse dans le monde, la bête à deux cornes exerce une autorité mondiale qui ne lui appartient pas légitimement. Cet usage de la force, qui est un principe du royaume de Satan, est utilisé pour imposer l’adoration d’une autre bête, représentant le Catholicisme.

Et elle opérait de grands prodiges, même jusqu'à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. Et elle séduisait les habitants de la terre, par les prodiges qu'il lui était donné d'opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de dresser une image à la bête, qui après avoir reçu le coup mortel de l'épée, était encore en vie. Et il lui fut donné d'animer l'image de la bête, afin que l'image de la bête parlât, et elle fit mettre à mort tous ceux qui n'adoraient pas l'image de la bête. Et elle faisait que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, prenaient une marque à la main droite, ou au front. Et personne ne pouvait acheter ni vendre, s'il n'avait la marque ou le nom de la bête, ou le nombre de son nom. (Apocalypse 13:13-17, OST)

Le fait que ce nouveau pouvoir exercé par les États-Unis n’ait pas l’approbation ou la bénédiction du Ciel se trouve dans ce que les Écritures rapportent à propos de cette bête:

Un tel caractère despotique est complètement opposé aux principes d’amour de la liberté du Royaume des Cieux.

Les Écritures sont claires sur le fait que la lutte finale dans la controverse de longue date entre Yahuwah et satan sera centrée sur l’adoration - en particulier, quand adorer. Yahuwah ne force jamais quiconque à L'adorer, et satan ne force jamais à adorer Yahuwah au jour de Son vrai Sabbat.

Par conséquent, le culte imposé par les États-Unis sera l’application d’un jour d’adoration de contrefaçon - le dimanche, avec éventuellement une tolérance pour ceux qui adoreront au samedi ou se rendront à la mosquée pour la prière le vendredi, mais tous selon le calendrier Grégorien papal utilisé par le monde entier puisque tous sont "dans l'admiration derrière la bête" (Apocalyspe 13:3, LSG).

Ce qui ne sera pas permis, c’est la liberté de pratiquer l’adoration selon les préceptes de notre conscience individuelle.

Finalement, tous ceux qui refuseront d'obéir à la fausse doctrine, imposée par le pouvoir des États-Unis (ou de tout autre gouvernement) seront considérés comme méritant la mort. Aucune concession ne sera accordée à quiconque souhaite adorer au vrai Sabbat Biblique, calculé par le calendrier luni-solaire originel de la Création.

Le seul espoir de quiconque est de s'abandonner complètement à la volonté de Yahuwah Elohim. Le peuple de Yahuwah sera préservé en face du rugissement du dragon.

Tous ceux qui placent l'obéissance à Yahuwah au-dessus de la conformité aux lois et traditions des hommes, seront préservés au cours du prochain temps de troubles.

En ce temps-là se lèvera Micaël,
le grand chef, le défenseur des enfants de ton peuple;
et ce sera une époque de détresse,
telle qu'il n'y en a point eu de semblable depuis que les nations existent
jusqu'à cette époque.
En ce temps-là, ceux de ton peuple
qui seront trouvés inscrits dans le livre seront sauvés.
Plusieurs de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront,
les uns pour la vie éternelle,
et les autres pour l'opprobre, pour la honte éternelle.
Ceux qui auront été intelligents brilleront
comme la splendeur du ciel,
et ceux qui auront enseigné la justice,
à la multitude brilleront comme les étoiles,
à toujours et à perpétuité.

(Daniel 12: 1-3, LSG)

Les promesses de l'Écriture ouvrent les ressources de la Toute-puissance à tous ceux qui honorent leur Créateur en observant Sa loi, en adorant sur Son saint Sabbat, lequel ne peut être identifié qu'en utilisant Sa méthode de calcul du temps qu’Il a ordonnée: le calendrier luni-solaire.

Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en Moi, Je te garderai aussi à l'heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre.

Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. (Apocalypse 3:10-11, LSG)


Sur le même thème: